CHIRURGIE DE LA POITRINE, FAITES-VOUS REDESSINER DES SEINS INSOLENTS !

CHIRURGIE DE LA POITRINE, FAITES-VOUS REDESSINER DES SEINS INSOLENTS !

- in Non classé
377
chirurgie-de-la-poitrine

De tous temps, les seins des femmes ont été rattachés à la féminité et /ou à la maternité, selon les pays ou l’époque. Au Brésil par exemple, l’attribut sexuel de la femme se situe au niveau de ses fesses, sa poitrine étant bien moins érotisée que sa croupe, qu’elle s’astreindra à obtenir parfaitement galbée sous un string aguichant. Dans l’antiquité, on imaginait que le monde était né des seins d’une déesse, suintant d’une de ses gouttes de lait. C’est tout un imaginaire centré autour du corps de la femme, objet du désir masculin et lieu d’où prend naissance toute vie humaine.

Le regard des autres

Dans la publicité ou les magazines de mode, les seins sont affichés sans complexes. Des poitrines arrogantes, qui dardent bien haut leur perfection, et qui n’ont pas forcément besoin d’êtres naturelles pour convaincre. Quelles soient retouchées par le bistouri d’un chirurgien esthétique ou par le stylo optique d’un graphiste, elles sont en général très différentes de celles de la majorité des femmes. Or, les seins se montrent et se dévoilent au regard des hommes que l’on souhaite séduire, que ce soit sous une robe décolletée que l’on aura du mal à remplir, ou dans le haut d’un maillot de bain qui peinera à soutenir notre poitrine qui s’écroule. Cette poitrine imparfaite devient alors source potentielle, pour bien des femmes, de douloureux complexes.

Certaines, obnubilées par un buste imaginaire qui changerait leur silhouette et donc leur vie, finissent par avoir recours à une chirurgie esthétique.

Comment ça se passe ?

Pour une augmentation du volume des seins :
La chirurgie d’augmentation du sein nécessite un certain savoir-faire mais aussi une bonne appréciation du volume. Ces appréciations, pour que le résultat soit naturel, doivent répondre à un certain nombre d’impératifs, à savoir la base d’implantation du sein qui conditionnera la taille de la prothèse et son diamètre, ainsi que d’autres rapports anatomiques qu’il faudra que le chirurgien prenne absolument en compte pour que le résultat soit naturel. Il ne suffit évidemment pas que le résultat soit joli en soutien-gorge. Pour ce faire, il y a des tailles en dessous desquelles il ne faudra pas trop descendre, pour ne pas deviner la prothèse, même topless sur la plage.

L’opération :

Elle se déroule sous anesthésie générale ou sous neurolept-analgésie, intermédiaire entre anesthésie générale et locale. L’intervention dure une à deux heures en moyenne, avec une incision de 4 cm située soit dans l’aréole soit dans le creux axillaire. Puis les patientes restent une nuit en clinique et ressortent généralement le lendemain. Le pansement sera retiré au bout de 24 heures. La poitrine mettra quelques jours pour retrouver une jolie forme. Le changement de prothèses, tous les dix ans, se fera sous anesthésie locale.

augmentation-mammaire-tunisie- augmentation-mammaire-tunisi

Pour une diminution du volume des seins :
L’hypertrophie mammaire, c’est à dire lorsque les seins sont trop gros, ne se traite pas en fonction du volume du sein, mais en fonction de la morphologie de la femme. En effet, un 90 C n’aura pas les mêmes conséquences porté par une femme d’1m50 que par une femme d’1m75. L’opération sera donc réalisée dès que cette hypertrophie devient invalidante, notamment lorsqu’elle entraîne des douleurs dans le dos, les épaules et le cou. Les seins, lorsqu’ils sont trop lourds, s’accompagnent généralement d’une ptôse mammaire, c’est à dire que la poitrine aura tendance à s’affaisser. L’opération consistera donc non seulement à diminuer le volume mais aussi à remodeler le sein. Cela se fera au prix d’un certain nombre de cicatrices, dont la longueur dépendra de l’importance de l’hypertrophie et du degré d’affaissement des seins au départ. Ces cicatrices seront circulaires autour de l’aréole et verticales en T inversé. Le phénomène inflammatoire des cicatrices commencera à s’estomper et à s’éclaircir au bout de huit mois à un an. Dans la réduction de volume, la plaque aréolo-mamelonnaire sera remontée pour regalber le sein. La place de cette plaque sera même modifiée dans les très fortes hypertrophies mammaires. Lorsque la distance (qui se mesure du creux du cou au bout du mamelon) est très longue (environ 40 cm, c’est à dire un sein qui pend sur le ventre), on peut prendre un risque vital pour l’aréole et faire la plastie suivante : greffer la plaque aréolo-mamelonnaire. Mais dans le cas d’une greffe, il n’y aura pas d’allaitement possible, parce que les canaux galactophores seront coupés.

L’opération :

Pour équilibrer la poitrine, il faudra la photographier verticalement, et des dessins préopératoires seront faits pour prédéterminer l’opération. La patiente sera en position debout puis allongée, de façon à ce qu’il y ait une symétrie des seins parfaite. Pour la réduction de la graisse et de la glande du sein, l’intervention se pratique en découpant des fragments glandulaires qui seront ensuite analysés. Ces examens permettent de détecter de petits cancers débutants, qui n’auraient pas été repérés aussi vite sans cette opération de chirurgie esthétique. On pèse à chaque fois les parties de glande que l’on retire, pour bien équilibrer les deux seins. L’opération, qui dure deux heures en moyenne, est réalisée sous anesthésie générale, puis la patiente restera hospitalisée environ 24h. Les suites de l’intervention ne sont pratiquement pas douloureuses, le pansement est retiré au bout d’un jour, les mouvements amples des bras sont déconseillés pendant une petite semaine et la patiente devra porter un soutien-gorge de contention nuit et jour pendant un mois. Généralement, après une telle opération un arrêt de travail d’une à deux semaines est égale- ment nécessaire.

reduction-mammaire-tunisie-1 reduction-mammaire-tunisie-9

Pour un affaissement de la poitrine, ou ptôse mammaire :
Il n’existe pas de ligaments tenseurs du sein et la seule chose qui le maintienne, c’est la peau. Alors après une grossesse ou une perte de poids importante, la poitrine peut se relâcher et s’affaisser. Si le sein est de volume normal, la glande sera remodelée sans avoir à rajouter une prothèse. La technique d’intervention s’apparente à de la couture : on retire l’excès de peau. Dans les ptôses avec manque de volume, en plus de la correction on posera une prothèse. Dans certains cas, il existe une ptôse virtuel- le, c’est à dire que le sein paraît dégonflé par manque de volume alors qu’en fait il tombe juste par relâchement.

L’opération :

L’intervention dure deux heures en moyenne, et laisse des cicatrices péri-aréolaires pour la plupart d’entre elles. Si la ptôse est très importante, le chirurgien pourra avoir recours à une cicatrice péri aréolaire et verticale, cicatrices qui s’estomperont rapidement suivant la nature de la peau de l’opérée et les soins qu’on leur aura prodiguées. Si elles tardent à s’atténuer, les progrès réalisés en matière de dermopigmentation permettront d’y remédier.

lifting-des-seins-tunisie-rb-6 lifting-des-seins-tunisie-rb-3

Pour une reconstruction après une ablation :
À la suite d’un cancer, une femme peut se voir retirer son sein. Suivant qu’on le lui retire en partie ou en entier, on parle de mastectomie partielle ou totale. Les cas les plus faciles à reconstruire pour un chirurgien sont lorsque la femme a subi une mastectomie totale. Dans les mastectomies partielles, les tissus sont sclérosés et le sein est rétracté.

Quand les tissus sont de bonne qualité et avec une bonne souplesse, on réalise juste une augmentation de volume par prothèse, généralement avec une prothèse anatomique. Un ballon expandeur est placé sous le torse, muni d’une petite valve qui sera gonflée progressivement une fois la cicatrisation obtenue, afin d’élargir petit à petit le tissu trop tendu et permettre la pose d’une prothèse. Lors d’une radiothérapie, les irradiations peuvent agresser la peau et donc rendre les tissus beaucoup plus fragiles à une expansion. Dans ces cas-là, des lambeaux de muscle dorsal et de peau du dos basculée en avant seront utilisés. Parfois même ce pourra être un lambeau de paroi abdominale qui sera basculé en position mammaire. Après l’étape de la reconstruction et de la restauration du volume il y a l’étape de la symétrisation : il va falloir symétriser le sein par rapport au sein d’à côté. Cette phase est un peu approximative car le sein naturel et le sein reconstruit ne sont pas identiques. Pour créer une nouvelle aréole, on fera soit une greffe de peau soit juste un tatouage une fois la greffe de mamelon prise. Pour le nouveau mamelon, on utilisera un fragment coupé de l’autre mamelon qui sera greffé sur le sein reconstruit.

reconstruction-seins-tunisie-10 reconstruction-seins-tunisie-22

La chirurgie du sein est une chirurgie de forme, de volume et de symétrie, avec le minimum de cicatrices visibles.

Source:

http://savoirmaigrir.com/