CHIRURGIE ESTHÉTIQUE : LES QUESTIONS À SE POSER

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE : LES QUESTIONS À SE POSER

- in CHIRURGIE ESTHÉTIQUE
1081
CHIRURGIE ESTHÉTIQUE _ LES QUESTIONS À SE POSER

Dépenser une petite fortune dans la chirurgie esthétique , c’est devenu monnaie courante. Les actes de la chirurgie esthétique se banalisent au nom du « mieux-être ».

L’acte de chirurgie esthétique n’a rien de banal. Un questionnement s’impose au préalable pour déterminer ses motivations, déterminantes pour éviter les ratés.
Qu’est ce qui me gêne ?

Des seins trop petits ou trop gros, des rides trop présentes et trop marquées… autant de « défauts » que l’on peut éliminer à coup de bistouri. Déterminer ce que م’on veut gommer, modifier, améliorer au nom du mieux-être.
Pour qui je le fais ?

Une réflexion honnête et personnelle s’impose. Le candidat à la chirurgie esthétique doit le faire pour soi.
Pourquoi je le fais ?

Déterminez vos attentes d’une éventuelle opération. Supprimer la disgrâce permet de se sentir mieux dans sa peau. Il ne faut pas espérer plus.

Quel chirurgien choisir ?

Il est important de trouver un chirurgien compétent. Comment ? Si le bouche-à-oreille reste une méthode efficace, s’adresser au conseil national de l’ordre reste une solution simple et sûre. Il est recommandé d’en rencontrer plusieurs pour faire un choix plus éclairé.

Se faire opérer… pour quoi faire ?

Besoin de se plaire ou nécessité de répondre à un diktat sociétal ? Pour conserver sa place dans la société et le monde du travail, il faut désormais se distinguer, sortir du lot, se battre et lutter contre le temps. On refuse le relâchement, quel qu’il soit, on veut plaire à nouveau, séduire à nouveau, séduire encore.
Mais le souci esthétique repose aussi sur une perception profonde de soi. Le désir de mes patients vient souvent, en fin de compte, d’une recherche d’élévation de soi. Il y a comme une quête spirituelle à être mieux, à se présenter de façon plus belle, plus harmonieuse. Cette poursuite intime d’une certaine perfection passe par le corps. Il y a fort à parier que dans cette société du paraître, les chirurgies et autres pratiques esthétiques ont encore de beaux jours devant elles.

La folie des injections

On pose le bistouri, place à la seringue. Plus besoin de souffrir pour être belle. Une piqûre par ci, ou par là, et le tour est joué. Le phénomène Botox est bien réel. Plus de 15 ans après son entrée fracassante dans le monde du rajeunissement, il n’a pas pris une ride et jouit d’un succès fou. Outre-Atlantique, selon les statistiques, l’injection du produit reste le premier geste de chirurgie esthétique.
injection-botox-tunisie-2 injection-botox-tunisie-1

Les raisons du succès : efficacité, rapidité et réversibilité. La toxine botulique, protéine purifiée d’origine bactérienne, est injectée en très petite quantité dans une ride d’expression musculaire qu’on souhaite paralyser ou relaxer. L’effet, visible trois à sept jours après l’injection, conduit à une meilleure image de soi. Surtout que dans les pays occidentaux, « tout signe extérieur de vieillesse » est fortement décommandé.

injection-botox-tunisie-5 injection-botox-en-tunisie

 

 Source:
femina.fr/