CHIRURGIE ESTHÉTIQUE : JE VEUX RAJEUNIR MA BOUCHE ET SES CONTOURS

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE : JE VEUX RAJEUNIR MA BOUCHE ET SES CONTOURS

- in MÉDECINE ESTHÉTIQUE
1437
comblement-tunisie

Lèvres trop fines, commissures tombantes, sillon naso-génien marqué… Autant de problèmes qu’une chirurgie légère peut résoudre.

LE PROBLEME : Des rides sur la lèvre supérieure

LA SOLUTION :Une injection d’acide hyaluronique dans le liseré des lèvres, puis dans chacune des rides. Un mois plus tard, on complète avec une injection de toxine botulique. En mettant le muscle orbiculaire des lèvres au -repos, elle prévient la réapparition des rides.

LE PRIX :http://www.softesthetique.com/tarifs-chirurgie-esthetique-tunisie.php

comblement-en-tunisie-3

LE PROBLEME : Des lèvres trop fines

LA SOLUTION : Une injection d’acide hyaluronique dans le pourtour des lèvres. Ensuite, on souligne l’arc de Cupidon et les crêtes philtrales (la fossette située au milieu de la lèvre supérieure). Cela suffit à redessiner joliment la bouche sans avoir besoin de la gonfler. Mais si vous insistez, le médecin s’exécutera lors d’une prochaine séance, tout en vous mettant en garde contre un volume excessif (une bouche de mérou, c’est vilain !).

LE PROBLEME : Des commissures tombantes

LA SOLUTION : Une injection de toxine botulique dans le muscle triangulaire des lèvres qui a tendance à se rétracter avec l’âge et tire sur les commissures. Mais il faut avoir la main très sûre pour ne pas entraîner une asymétrie du sourire, voire des difficultés à boire sans baver. On peut également combler les commissures avec de l’acide hyaluronique.

Rajeunir : Les pommettes, les joues

comblement-tunisie

LE PROBLEME : Des cernes creux et la vallée des larmes marquée

LA SOLUTION : Une injection d’acide hyaluronique très volumateur dans la « zone pré-malaire ». Elle dessine un V, du coin interne de l’œil jusqu’au coin de la bouche, puis remonte au centre de la pupille. C’est là, très précisément, que l’acide hyaluronique est injecté, et non autour de l’os de la pommette comme on le croit souvent ! L’erreur est justement d’injecter trop à l’extérieur : cela élargit le visage. D’autre part, « repulper » ne veut pas dire « bomber ».

L’idée est seulement de redonner un aspect « plein » à la zone pré-malaire en injectant le produit sur trois niveaux de profondeur, pour une correction en 3D. « L’expansion » ainsi réalisée entraîne du même coup un effet lift sur le bas du visage et déplisse le sillon naso-génien. On utilise aujourd’hui des canules mousse, moins traumatisantes que les aiguilles. Le point d’entrée se fait au niveau de l’os de la pommette. L’injection étant profonde, elle est généralement peu douloureuse. On peut se passer d’anesthésie. Une poche de glace est ensuite appliquée sur la joue pour éviter tout gonflement.

Attention, ce geste technique réclame de solides connaissances en anatomie. Ne vous adressez pas au premier médecin venu et demandez à voir des résultats sur d’anciennes patientes avant de vous lancer.

comblement-tunisie

LE PROBLEME : Le pli qui va du nez à la bouche est très marqué

LES SOLUTIONS :

En douceur : Une injection d’acide hyaluronique dans le sillon, en première intention. Toutefois si le pli est vraiment très marqué (ce qui signale une ptôse importante de la joue), mieux vaut s’y prendre autrement, car le remplir nécessiterait une très grande quantité d’acide hyaluronique, avec en bout de course un sillon complètement empâté. L’astuce consiste à repulper plutôt la zone pré-malaire. Cette restauration des volumes a un impact immédiat sur le sillon, qui se déplisse complètement dans sa partie haute. Si le résultat est insuffisant, on complète avec une touche d’acide hyaluronique dans la partie basse, et le résultat est impeccable.

Plus « hard » mais plus durable : Un lifting malaire (voir page précédente « Les pommettes, les joues »). Après quelques années, lorsque le relâchement de la joue s’accentue, les injections d’acide hyaluronique n’offrent plus une correction suffisante. « Remonter » la graisse des joues est une excellente idée pour agir aussi sur le sillon.

 

Article

marieclaire.fr