CHIRURGIE MAMMAIRE : CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT D’ENVISAGER UNE OPÉRATION DES SEINS

CHIRURGIE MAMMAIRE : CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT D’ENVISAGER UNE OPÉRATION DES SEINS

- in CHIRURGIE DES SEINS, Non classé
379
CE QU'IL FAUT SAVOIR AVANT D'ENVISAGER UNE OPÉRATION DES SEINS

Si dans la chirurgie des seins l’augmentation mammaire est la plus fréquente, elle concerne aussi la ptôse, plus connue sous le nom de lifting des seins, la réduction mammaire et enfin la chirurgie réparatrice.

QUELLES SONT LES POSSIBILITÉS EN CHIRURGIE MAMMAIRE ?

Pour la chirurgie plastique des seins on considère qu’il y a 3 grands chapitres. Le premier étant la diminution des seins. Certaines jeunes femmes ou jeunes filles ont des seins très lourds, ce qui peut les gêner pour faire du sport ou pour s’habiller par exemple.

reduction-mammaire-tunisie-8 reduction-mammaire-en-tunisie

Ensuite il y a la remontée des seins. Après les grossesses ou une importante perte de poids, il peut y avoir une chute du sein, ce que l’on appelle une ptôse. On a donc des techniques chirurgicales qui permettent de remonter le sein.

lifting-des-seins-tunisie-rb-6 lifting-des-seins-tunisie-rb-3

Il y a enfin le chapitre de l’augmentation mammaire. Une partie importante de la population a de petits seins (voire pas de sein du tout). Certaines de ces femmes désirent féminiser leur silhouette.

augmentation-mammaire-tunisie-4 augmentation-mammaire-tunisie-2

COMMENT SE PASSE LE PREMIER RENDEZ-VOUS  ?

C’est un rendez-vous de contact au cours duquel on apprécie la demande de la patiente, l’examiner pour savoir si elle est justifiée. On évalue également le contexte psychologique pour savoir si la patiente est en bonne condition psychologique de manière à pouvoir affronter le choc opératoire (une intervention est toujours quelque chose de lourd même si des progrès considérables ont été établis).

On fait des examens et on se renseigne aussi sur les antécédents médicaux de la famille pour savoir s’il n’y a pas de cancer du sein, des problèmes de kystes ou encore le nombre de grossesse. On étudie également la requête de la patiente, au niveau de la forme et du bonnet souhaités par exemple. On examine ensuite, plus techniquement, ce qu’il y a faire et quelle technique utiliser. Si c’est une réduction mammaire on évalue la quantité de glande mammaire à enlever. On explique à la patiente les cicatrices qui vont résulter de cette intervention, avec photos et divers exemples à l’appui.

L’EXAMEN CLINIQUE :

Après avoir définit le projet on fait un examen clinique, on prend les mesures du sein, on évalue l’épaisseur des tissus qui vont recouvrir la prothèse si l’on utilise une prothèse, pour savoir s’il faut ou non, rajouter de la graisse. Puis, on fait des photos, ainsi qu’un devis, et on prend un second rendez-vous pour revoir la patiente. Pendant ce laps de temps, la patiente se doit de bien réfléchir à l’intervention, compte tenu des éléments apportés lors du premier rendez-vous. Si la patiente décide finalement de maintenir l’intervention, elle rappelle pour convenir d’une date opératoire.

Avant la date de l’intervention, la patiente reviendra pour une deuxième consultation, au cours de laquelle nous rediscuterons de tout, afin de s’assurer une dernière fois de sa volonté. Le volume de la prothèse mammaire sera alors définit, si l’on utilise une prothèse ; idem pour le volume de graisse. Et s’il s’agit d’une technique composite, cela revient presque à faire du sur mesure. On définit aussi les cicatrices. Généralement il y a une cicatrice qui va sous le bras, de manière à ce que rien ne soit visible sur le sein. Mais il y a beaucoup d’autres cicatrices possibles (sur le mamelon ou sous le sein). Une fois que tous ces éléments ont été passés en revue, l’intervention est programmable.

EN QUOI CONSISTE L’ACTE CHIRURGICAL ?

C’est une intervention qui dure entre une et deux heures, sous anesthésie générale légère, puisqu’elle est assistée d’une anesthésie locale. Il s’agit donc d’une opération courte. Elle peut se dérouler sans nuit à la clinique, sauf cas exceptionnels. Mais il est rare que les patientes passent une nuit à la clinique. Ce sont des interventions peu douloureuses, les suites opératoires sont simples : arrêt du sport pendant 3 à 4 semaines, un soutien-gorge médical pendant 2 à 3 semaines pendant la période de cicatrisation, pour maintenir les seins qui ont été reconstruits, puis au bout d’un mois, un mois et demi, les patientes peuvent reprendre une vie tout à fait normale.

Source:

marieclaire.fr/