La chirurgie esthétique après la grossesse

La chirurgie esthétique après la grossesse

- in CHIRURGIE ESTHÉTIQUE
665
chirurgie esthétique après grossesse

Kilos rebelles, relâchement musculaire, affaissement de la poitrine… chez certaines femmes la grossesse laisse des traces durables. Pour retrouver leur féminité et l’estime d’elles-mêmes, elles optent alors pour une solution radicale : la chirurgie esthétique.

Attendre au moins 6 mois

Les organismes sont différents devant la maladie, ils le sont aussi devant la grossesse. Certaines femmes ne vont prendre que quelques kilos, n’auront aucune vergeture et retrouveront rapidement un corps de jeune fille. D’autres vont s’alourdir, garder du ventre, avoir un relâchement musculaire et voir leur poitrine s’affaisser. Chaque grossesse est différente mais ce qui est sûre, c’est qu’avoir porté un, deux, trois ou quatre enfants ne produit pas les mêmes effets sur le corps. Alors, pour se réconcilier avec leur silhouette et retrouver leur féminité, certaines femmes décident de recourir à  la chirurgie esthétique. C’est une décision importante, qui représente un coût non négligeable. Premier mot d’ordre : ne pas se précipiter et attendre au moins 6 mois grand minimum avant d’envisager une intervention de chirurgie esthétique. Il faut laisser le temps au corps de se remettre de ce marathon extraordinaire qu’est la grossesse et l ’accouchement.

La liposuccion

fesse

La grossesse distend les tissus de l’abdomen et entraîne une prise de poids dont il est parfois difficile de se débarrasser, malgré le sport et les régimes amaigrissants. Pour éliminer la graisse en excès, il est donc possible d’envisager une liposuccion. C’est l’intervention la plus pratiquée et de loin la plus simple. Réalisée sous anesthésie générale ou locale (pour les petites zones), cette  intervention permet de supprimer les graisses localisées au niveau du ventre, des hanches, des cuisses ou de la culotte de cheval. A noter : le chirurgien ne peut pas agir sur les zones où il y  a des vergetures. En principe, il est conseillé d’avoir retrouvé un poids le plus proche possible de la normale avant de faire une liposuccion, même si en pratique on peut espérer perdre jusqu’à 5 ou 6 kg grâce à cette opération. Intervention sûre, la liposuccion bénéficie actuellement de techniques bien rodées mais elle doit impérativement être réalisée par un chirurgien esthétique. Elle ne gênera en rien une future nouvelle grossesse.

L’abdominoplastie

femme allongée sur le côté

 

 

Si la peau est abimée et les muscles abdominaux relâchés, il est aussi possible de pratiquer une abdominoplastie. Celle-ci va supprimer la peau en excès, repositionner les muscles et retendre le revêtement cutané. C’est une opération assez lourde et plus longue, il n’est d’ailleurs pas conseillé de la réaliser si l’on souhaite rapidement une nouvelle grossesse. L’abdominoplastie permet également de corriger une hernie ombilicale.
ghhjhsjkhkq<jjd<qlkmskfksfiopzeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

Les plasties mammaires

Les femmes peuvent également avoir recours à une plastie mammaire si les seins ont souffert de la grossesse et/ou de l’allaitement et s’ils présentent par exemple une ptôse, c’est à dire un affaissement. La plupart du temps, une perte de volume s’ajoute à la ptôse. On procède donc à une correction de ptôse, associée à une augmentation mammaire avec la mise en place de prothèses afin de donner un joli galbe à la poitrine. Dans le cas contraire, si la poitrine tombe et que son volume est trop important, le chirurgien pratique une réduction mammaire.  En revanche, lorsque la taille des seins est satisfaisante, il n’est pas nécessaire d’apporter du volume avec un corps étranger. Le chirurgien va simplement opter pour un lifting des seins qui permet de remettre l’aréole et le mamelon en bonne position, de re-concentrer la glande et de retirer l’excès de peau afin d’obtenir une poitrine joliment galbée et ascensionnés. A noter : toute opération des seins doit être pratiquée après la fin de l’allaitement.

Source: www.parents.fr