Les hommes et le Botox

Les hommes et le Botox

chirurgie-homme

Le Figaro nous révélait récemment que selon l’ASPS, l’Association Américaine des Chirurgiens Esthétiques, les injections de toxine Botulique chez l’homme ont augmenté de 337 % depuis l’an 2000. La médecine esthétique attire de plus en plus de messieurs soucieux de leur apparence. Quelles motivations se cachent derrière cet engouement pour le Botox ?

Une demande croissante

Nous constatons le même phénomène sur le territoire français, où de plus en plus de patients masculins poussent la porte des cabinets de médecine esthétique afin de recevoir la « sacro sainte » injection de Botox®. Certains médecins esthétiques considèrent qu’un patient sur trois est aujourd’hui un homme entre 40 et 50 ans, et que cette proportion est en perpétuelle augmentation.

Pourquoi la toxine botulique séduit les hommes ?

Les motivations masculines

Certes l’habit ne fait pas le moine, mais l’apparence revêt toutefois une grande importance dans notre société contemporaine. Cela est particulièrement vrai dans le milieu professionnel où la pression est telle qu’il peut s’avérer risqué d’afficher des cernes creusés, des traits marqués pouvant passer pour une absence de dynamisme. Nombreux sont ceux qui commencent par reprendre une activité sportive, avant de se décider à gommer ce « petit défaut » qui trahit leur âge. Contrairement aux femmes désireuses de paraitre beaucoup plus jeune, les hommes souhaitent seulement avoir l’air moins fatigué, moins sévère.

La toxine botulique, en pratique

Les hommes sont séduits par l’aspect rapide et non définitif d’une séance d’injections de toxine botulique. En quelques minutes, au moyen d’une aiguille extrêmement fine, le médecin esthétique bloque temporairement certains muscles du visage responsables de l’émergence des rides. En endormissent le muscle, le Botox® relaxe le visage, freinant considérablement leur apparition. En cas de rides déjà bien installées, le médecin esthétique peut proposer de compléter cette action par l’injection d’acide hyaluronique destiné à les combler. Produit résorbable, une séance de Botox®n’est pas définitive. Selon le profil du patient, 2 à 3 injections par an seront nécessaires à l’entretien des résultats.

source:

lefigaro.fr