LA RÉDUCTION MAMMAIRE , C’EST POUR QUI ?

LA RÉDUCTION MAMMAIRE , C’EST POUR QUI ?

- in CHIRURGIE DES SEINS
293
http://www.chirurgicatour.com/http://www.chirurgicatour.com/

L’opération

Une opération de réduction mammaire se déroule généralement sous anesthésie. La durée d’hospitalisation dans une clinique ou un hôpital varie de un à quelques jours. Une réduction mammaire est une intervention qui entraîne de grandes cicatrices. C’est aussi une opération assez longue, d’environ deux à trois heures. La poitrine se situant en surface, l’opération n’est pas particulièrement lourde ou invasive pour la patiente. La douleur est généralement supportable. Cette intervention ne requiert pas de rester alitée longtemps. Les saignements qui l’accompagnent sont en général limités et les transfusions sanguines inutiles dans la pratique.

reduction-mammaire-tunisie-7

Il existe différentes techniques pour réduire la taille des seins. Lors du choix de la technique opératoire, l’expérience et les réalisations personnelles du chirurgien esthétique jouent assurément un rôle. Toutes les techniques ont en commun d’enlever l’excès de peau et les tissus graisseux et glandulaire afin de redonner sa forme au sein et d’en diminuer le volume et le poids. Le mamelon, qui doit être repositionné vers le haut, reste en contact avec le corps et garde sa propre circulation sanguine. Dans la plupart des cas, les techniques standard offrent de bons résultats. Certaines situations spécifiques peuvent cependant nécessiter d’autres techniques. Ainsi, chez une jeune femme ne souffrant que d’un surpoids limité des seins, les corrections pourront être apportées de façon à ce qu’il n’y ait qu’une cicatrice autour de l’aréole. En général, des drains sont placés au niveau de l’incision. Ce sont de petits tuyaux fins en plastique qui sortent du corps et sont reliés à une bouteille sous vide. Ils drainent le sang ou les sécrétions hors du corps et peuvent être enlevés après un jour ou plus. Après l’opération, vous devrez porter un soutien-gorge de contention. Après quelques jours, vous pourrez mettre un soutien normal.

Avant l’opération, le chirurgien esthétique montre à la femme, par des dessins sur la poitrine, comment il compte inciser. Le gabarit qui en résulte détermine largement la forme finale des seins.

reduction-mammaire-tunisie-3

Lors de la réalisation de ce gabarit, la question de la taille des nouveaux seins sera abordée avec la patiente. Dans certaines limites, les desiderata personnels peuvent être pris en compte.
Les patientes doivent prendre conscience que le chirurgien plasticien peut tenter d’arriver à un bonnet B mais ne peut pas le garantir. Il veille également à la symétrie des seins mais ne peut pas l’assurer. En outre, les seins montrent rarement une symétrie parfaite, mais la plupart des femmes n’en ont pas conscience.
Bon nombre de femmes à la poitrine lourde ont une silhouette corpulente ou massive. En cas de surpoids manifeste, il leur est conseillé de commencer par perdre du poids. Par la suite, la réduction mammaire peut être envisagée en respectant la nouvelle silhouette de la patiente.
Si la période d’amaigrissement fait suite à la réduction mammaire, les seins vont suivre le mouvement, Se ramollir et se déformer.
L’aréole de seins lourds est souvent considérablement trop grande. Lors de l’intervention, elle est donc réduite. Le diamètre classique est d’environ 4 cm.

reduction-mammaire-tunisie-6

Examen des seins après réduction mammaire

Toute femme court le risque d’être un jour confrontée à une tumeur au sein. Lors de la réduction mammaire, une bonne partie du tissu glandulaire est éliminée. Mais il en reste encore et tout risque n’est pas exclu. En pratique, le risque de cancer du sein après une réduction mammaire n’est certainement pas plus grand que s’il n’y avait pas eu d’opération.
Les différentes méthodes d’examen de la poitrine restent possibles après la réduction mammaire. L’auto-examen des seins n’y fait pas exception. Cependant, après l’opération, les seins seront différents au toucher de ce qu’ils étaient et une période d’adaptation sera nécessaire.

Article

journaledesfemmes.fr