RIDES : séance d’injections de produits de comblement

RIDES : séance d’injections de produits de comblement

- in MÉDECINE ESTHÉTIQUE
1279
médecine-esthétique-en-tunisie

Certaine précautions sont à prendre pou réaliser ces séances .

Une première consultation avec le médecin pratiquant les injections est nécessaire. Il étudiera vos antécédents médicaux (allergies, contre-indications), la zone à traiter, et vous indiquera les précautions à prendre avant la séance.

comblement-en-tunisie-2

La séance se déroule au cabinet du médecin pratiquant les injections. Elle dure environ 20 minutes.

Peu douloureuses, les injections sont généralement réalisées sans anesthésie. Une anesthésie locale par crème anesthésiante ou injection peut cependant être proposée.

Le produit de comblement est directement injecté dans le derme, sous le sillon des rides, à l’aide d’une fine aiguille. Quelques rougeurs cutanées peuvent apparaître dans les minutes suivant l’injection. Elles disparaissent rapidement.

médecine esthétique en tunisie

Pour éviter toute complication :

  • restez au repos, allongé ou assis, selon les recommandations du médecin, durant les 3 heures suivant les injections
  • ne massez pas le visage
  • ne prenez ni aspirine ni anti-inflammatoire
  • évitez l’exposition au soleil et à la chaleur pendant quelques jours
  • respectez un délai d’un mois minimum entre chaque séance.

L’arrêt du tabac est fortement conseillé.

comblement-en-tunisie-4

Les complications après injection de produits de comblement sont rares et généralement temporaires. Elles peuvent se manifester par :

  • des hématomes et gonflements
  • des troubles de la pigmentation
  • des troubles de la sensibilité
  • des démangeaisons
  • l’apparition de granulomes (petits nodules indurés).

comblement-en-tunisie-3

Pour un injection de produits de comblement, il faut compter :

  • http://www.softesthetique.com/tarifs-chirurgie-esthetique-tunisie.php

Le nombre de séances dépend de la qualité de la peau et de l’importance des rides à traiter.

 

Article

sante.lefigaro.fr